CEFIS Un monde de toutes les cultures ...

Diagnostic de base sur l’intégration et la diversité culturelle


S’engager dans une politique de l’intégration au niveau local n’est pas une chose simple tant les démarches et le processus semblent complexes. Il s’agit de construire brique par brique un édifice, dont la fondation est le diagnostic de base, dans la perspective éventuelle de mettre en place un Plan communal d’Intégration.
Le CEFIS se propose de réaliser avec la collaboration des communes un diagnostic de base de l’intégration par la mise en place d’une méthodologie et d’outils standards.
Mais qu’est-ce qu’un diagnostic ? Il s’agit d’un état des lieux de la commune, des spécificités qui la composent, des besoins de sa population et des actions menées par la commune, qui fait que ma commune n’est pas une autre en matière d’intégration et de diversité culturelle.
Pour cette raison, le CEFIS propose la réalisation d’un diagnostic de base sur base d’outils standardisés. Un diagnostic doit croiser trois sources d’informations, pour répondre à trois questions permettant de construire peu à peu un PCI.
Afin de mettre en place un diagnostic de base, nous commençons par une phase de consultation qui servira à présenter les outils de ce diagnostic, à clarifier les attentes de la commune, mais aussi l’implication et la collaboration active de celle-ci.
Si les outils du diagnostic de base sont en grande partie prédéfinis, une certaine marge de manœuvre existe pour tenir compte des préoccupations de la commune dans l’enquête auprès de la population..
L’engagement des deux parties est fixé dans une convention commune.

  1. Qui sommes-nous ?
Objectifs :
  • Connaître la diversité de la population et son évolution dans la commune, pour cibler des groupes spécifiques. Données suivantes :

  1. Population par nationalités, âge, genre, … pour la commune
  2. Population par nationalités, âge, genre, … pour les localités/quartiers de la commune (si disponible)
  3. Arrivées-départs par nationalités pour la commune (si disponible)
  4. Données socio-économiques et culturelles : catégories socioprofessionnelles, la situation familiale, les connaissances linguistiques,…(données provenant du recensement)
Utilité :
Ces informations objectives servent à :
  • mieux identifier les publics-cibles « prioritaires » des actions envisagées (principales nationalités, nouveaux arrivants, groupes culturels, …)

  • aider à définir le type de communication en fonction du/des publics cibles

  • disposer de la base objective pour voir parmi les usagers des services et participants aux actions de la commune d’éventuelles sous- (et sur-) représentations par rapport aux groupes représentés dans la commune

  • voir si les réponses aux enquêtes lancées par/dans la commune répondent à des critères de représentativité


Source/Méthode :

  • Analyse des données du Statec, de la Commune (service de la population) pour les données accessibles par année

  • Analyse des données sur les localités sur base de données fournies par la commune

  • Concernant d’autres sources, moins accessibles, telles que les catégories socioprofessionnelles, la langue ou la situation familiale, on se basera sur le recensement de la population de 2011.


  1. Que faisons-nous ?
Objectifs :
  • Connaître et faire un état des lieux des actions et projets existants initiés ou soutenus par la commune
  • Bilan des actions réalisées et/ou en cours auprès des services de la Commune en lien direct ou indirect avec le vivre ensemble et l’intégration


Utilité :
La commune ne part pas de zéro. Au fil du temps elle a réalisé, initié ou soutenu des activités en faveur du vivre ensemble et/ou de l’intégration. Elle a aussi soutenu des actions dans des domaines très variés mais qui ont un impact indirect sur l’intégration. Le bilan des actions réalisés (ou en cours) ou soutenus servira à :

  • identifier les actions réalisées ayant lien direct ou indirect avec le vivre ensemble et l’intégration, et ceci dans les divers domaines d’activité
  • cerner les éventuels objectifs rattachés aux projets et les ressources, moyens mis en œuvre
  • voir, le cas échéant, à quels besoins/aspirations l’activité est rattachée
  • fournir des éléments d’évaluation « subjectifs » et/ou objectifs sur l’impact de l’activité
  • identifier des actions/projets/bonnes pratiques qui pourraient être reconduits et le cas échéant inclus dans un PCI
  • Identifier les domaines et thématiques d’intégration dans lesquels rien n’est réalisé pour le moment et qui sont autant de possibilités d’action

Source/Méthode :

  • Identification des activités/projets en collaboration avec les interlocuteurs communaux sur base de critères préétablis

  • Fiche descriptive (quesionnaire fermé,/semi-ouvert) par projet, à remplir par le porteur de projet éventuellement avec un acteur de terrain impliqué dans la mise en œuvre

  • Analyse des documents existants (rapport de projet, rapport d’acivités, procès-verbal…).

  1. Que voulons-nous ?
Objectifs :
  • Connaître les besoins et préoccupations de la population de la commune

  • Analyser auprès de la population de leurs besoins, des préoccupations, des aspirations en matière d’intégration et de vivre ensemble


Utilité :
En recueillant et en analysant des besoins de la population, on peut :
  • mener un travail de sensibilisation auprès de la population, c’est l’enquête elle-même qui sert de levier à une prise de conscience et d’interpellation des personnes à la question de l’intégration et du vivre ensemble 

  • dégager des pistes et actions pour des réponses adaptées aux besoins et préoccupations des habitants


Source/Méthode :
  • Questionnaire standardisé de type quantitatif (et semi-ouvert) pour réaliser une enquête on-line survey monkey auprès des habitants ; une page de ce questionnaire peut être adaptée à la demande de la commune
  • Même questionnaire en version papier avec réponses au questionnaire saisies par un agent communal.



Engagement(s) des deux parties :
Le travail pour ce diagnostic de base est pris en charge comme projet-pilote par la Convention 2019 entre le CEFIS et l’OLAI. Cela ne représente donc aucune dépense pour la commune. Toutefois, il est indispensable que la commune s’engage sur la disponibilité du personnel communal et des mandataires (Collège, CCCI) car il s’agit d’un travail réalisé en étroite collaboration entre les deux parties (CEFIS et la commune).
L’engagement des deux parties est fixé dans une convention commune.
La mise en place et la mise en oeuvre de l’état des lieux nécessite l’engagement et l’implication d’un interlocuteur communal. Le personnel communal est censé collaborer. Le diagnostic de base suppose l’implication effective des responsables de service (communaux).
Le suivi de la mise en oeuvre se fait par échange mails ou des réunions.


Information et renseignement auprès du CEFIS